Bâtir une équipe soudée et performante est un des plus gros challenges rencontré par les entrepreneurs. Ne pas y parvenir portera forcément préjudice à l’entreprise et peut même la mettre en danger. 

J’emploie une équipe depuis six ans et c’est l’aspect de mon entreprise, “Friend in France”, dont je suis le plus fière.

J’ai décidé de miser sur le charisme et la passion de mes employés pour fidéliser nos clients. Comme vous pouvez le voir sur les photos (prises lors de sorties en équipe ces dernières années), nous somme tous différents mais nos sourires et notre joie de vivre nous unissent. Nous communiquons ces valeurs à nos clients.

Voici les éléments essentiels de mon style de management… Il m’a fallu du temps et beaucoup d’erreurs pour les identifier:

Trouver mon propre style

Je n’ai jamais été aussi nerveuse que lors de mon premier entretien d’embauche, en tant que patronne! J’avais du mal à croire que quelqu’un allait me faire confiance pour assurer son salaire. Mon entourage bienveillant me donnait des conseils du genre :

« Il faut que tes employés te vouvoient Mira! Sinon ils ne te respecteront pas »

« Il faut être plus autoritaire »

« Il faut montrer qui est le boss! »

J’ai essayé. Je me suis ridiculisée! Pour m’imposer en tant que patronne, la pire chose aura été d’essayer de changer ma personnalité. Etre un mâle alpha est crédible et efficace pour les mâles alphas, mais pas pour une fille plutôt « gentille » de 28 ans!

Cela m’a pris du temps, mais j’ai fini par comprendre que ma force était justement dans les traits de caractères qui me différenciaient des clichés du « patronat »: honnêteté, esprit d’équipe, volonté de communiquer, respect de l’autre, mon attachement à la justice et à l’équité…

Communiquer 

Les meilleurs équipes sont celles composées de profils variés. La diversité, si optimisée, permet de tirer l’équipe vers le haut. Il faut donc accepter que les modes de communication et les façons de réfléchir ne sont pas uniformes et peuvent créer des tensions. La communication est primordiale pour apprendre à interagir de manière constructive. Créer un environnement d’échange et de confiance est à 100% la responsabilité du manageur. Si cet état d’esprit ne vient pas « d’en haut », il n’y a quasiment aucune chance qu’il se mette en place naturellement.

Prendre ses responsabilités

Personne n’aime reconnaître ses torts et ses erreurs, surtout au boulot!

Pourtant gérer les erreurs humaines dans une équipe est très important. Dans un environnement où admettre sa responsabilité est un signe de faiblesse, voilà ce qui se passe:

  • Tout le monde se met sur la défensive
  • Les collègues perdent du temps à essayer de savoir qui est le/la fautif/ve
  • Personne ne veut aider à résoudre le problème par crainte que cela soit vu comme un aveu de responsabilité
  • Et les membres de l’équipe commencent à se monter les uns contre les autres

Pour changer le dynamique au sein de mon entreprise, j’ai fait trois choses super simples qui se sont avérés efficaces; j’ai:

  1. Avoué mes propres erreurs. J’en fais autant que mes collègues (voir plus).
  2. Evité de grimper aux rideaux quand un employé avouait une erreur.
  3. Expliqué qu’apporter des solutions m’importait beaucoup plus que de savoir qui avait fait la boulette.

Valoriser

Certes, les employés aimeraient avoir une augmentation tous les ans, mais rares sont les TPE capables de la leur offrir. Employer, particulièrement en France, coûte très cher à l’entreprise.

J’ai trouvé d’autres moyens de valoriser mon équipe. Par example:

En fin de mois je demande à mes employés de me donner une liste des dates qu’ils souhaiteraient avoir de repos: un mariage, un anniversaire, une bouffe entre amis, etc…

Je fais le planning du mois en fonction de ces dates. Cela prend plus de temps, mais ça vaut vraiment le coup.

  1. Un employé qui travaille à contre cœur parce qu’il loupe un événement ou un moment important en famille, ne pourra pas se donner à 100% dans son travail.
  2. Des collègues qui se rendent services pour permettre à chacun d’avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie perso sont bien plus soudés

Ne pas micro-manager

Ceci était facile pour moi car je ne suis pas du genre à avoir les yeux partout, j’ai déjà assez à faire et à penser de mon côté; je savais que je voulais une équipe aussi autonome que possible.

Avant d’embaucher, j’ai essayé d’écrire un manuel détaillé pour communiquer ma façon de fonctionner à mes employés. Je me suis vite rendu compte que mes collègues allaient s’endormir en le lisant. Du coup, j’ai changé de stratégie.

J’ai jeté le manuel à la poubelle et je l’ai remplacé par ce simple concept:

« Comportez-vous avec nos clients et partenaires comme vous le ferrez avec votre belle-mère: construisez de bons rapports à long terme avec une complicité respectueuse. »

En se rappelant cette métaphore, mes chauffeurs peuvent réagir à presque toutes les situations.

La cliente a besoin d’aide pour descendre ses valises… que ferais-je si c’était ma belle-mère?

Le client n’arrive pas à contacter son agent d’accueil Airb&b… que ferais-je si c’était ma belle-mère?

Et ainsi de suite. 🙂

Donner l’exemple 

Pendant des années j’étais moi-même au volant. Il n’y a rien de mieux que l’expérience du terrain pour gagner le respect de ses employés. Je n’ai jamais demandé à un chauffeur de faire quelques chose que je n’avais pas fait moi-même.

Et surtout, je leurs accordent autant de respect que j’en attends de leurs parts.

Quelles qualités apportez-vous à votre équipe pour plus d’efficacité et de sérénité?